Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Blog de Maître Lee TAKHEDMIT, avocat pénaliste à POITIERS, NIORT, PARIS


Accusé de coups mortels, il est remis en liberté sous contrôle judiciaire

Publié par Lee TAKHEDMIT sur 2 Juin 2014, 08:00am

Je défends Cyril H. devant la Chambre de l’instruction.

Il m’a désigné il y a peu car il est mis en examen pour des faits de meurtre commis sur un voisin à l’occasion d’un différend banal.

Ce client a un profil très particulier ; proche du banditisme pendant une bonne partie de sa vie, il a fait l’objet d’un passage à tabac en règle qui l’a laissé pour mort il y a 4 ans, point de départ d’une nouvelle vie sur fond de handicap physique très important.

Alors qu’il est rangé des voitures depuis tout ce temps, on lui affecte un logement social qu’il accueille comme une bénédiction, jusqu’à ce qu’il fasse la connaissance d’un voisin sans gêne, qui n’hésite pas à jouer du synthétiseur ou de l’accordéon à 4 heures du matin.

Cela devient vite un cauchemar, car le sommeil est rendu quasiment impossible assez régulièrement.

Jusqu’à ce qu’un jour de juillet 2013, Monsieur H. s’énerve, que les deux hommes se retrouvent sur le balcon de la résidence et que la situation s’envenime.

Compte tenu de son handicap et de l’agression sauvage qui l’a laissé estropié, mon client s’arme d’un couteau de cuisine qui traîne, histoire de faire peur dira-t-il.

Sauf que le voisin indélicat n’a pas peur de cet handicapé qui, même armé, lui semble ne pas représenter de réelle menace. Il s’avance et fait mine de vouloir frapper mon client, qui porte un coup. Un unique coup, dans l’abdomen, droit devant lui.

La victime part en courant, trouve refuge dans une pizzeria à deux pas d’ici, appelle la Police, mais est trop gravement touchée, elle décède quelques heures plus tard à l’hôpital.

Dès lors, le monde s’écroule de nouveau autour de mon client qui pensait avoir payé un assez lourd tribut au malheur jusqu’ici.

Il est incarcéré, incarcération rendue difficile par son handicap qui ne peut qu’être insuffisamment pris en compte en détention.

Il serre les dents, jusqu’à ce qu’un handicapé plus atteint que lui ne soit incarcéré et ne prenne la cellule spécifique qui lui était attribuée.

Nous demandons sa remise en liberté en fin d’instruction, après que le Juge a accepté de requalifier les faits qui lui sont reprochés en violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Le caractère quasiment accidentel du drame, le parcours carcéral sans reproche de mon client, sa rupture fondamentale avec sa vie passée de délinquant et l’expression sincère de ses regrets les plus profonds, d’abord pour la victime si inutilement disparue, ensuite pour la manière dont il s’est remis dans de terribles ennuis à son corps défendant seront autant d’arguments de poids dans la balance lorsqu’il s’agira d’examiner cette demande.

Même l’avocat Général ne trouve matière à contester notre demande.

Face à ce consensus, mon client est remis en liberté dans l’attente de son jugement devant les Assises de la Vienne.

Nous pourrons ainsi préparer sa défense dans de bonnes conditions, car le plus dur de son parcours judiciaire reste à venir.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents