Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Blog de Maître Lee TAKHEDMIT, avocat pénaliste à POITIERS, NIORT, PARIS


Cour d’Assises d’appel de la Dordogne : nouveau ticket gagnant pour le duo NOVION-TAKHEDMIT

Publié par Lee TAKHEDMIT sur 9 Juin 2014, 08:00am

Rapide portrait au stylo Bic de Me A.NOVION
Rapide portrait au stylo Bic de Me A.NOVION

Mon ami pénaliste bordelais Alexandre NOVION, « le magicien » comme l’a surnommé notre client du jour, me fait l’honneur une nouvelle fois de m’associer à lui l’espace d’un procès de la dernière chance.

Nous en sommes devenus coutumiers ces dernières années. Toujours avec la même passion partagée, les mêmes angoisses, les mêmes questionnements, la même complémentarité.

L’accusé a écopé de 20 ans de réclusion criminelle devant les assises de la Gironde pour le meurtre d’une prostituée, qu’on lui reproche d’avoir perpétré en lui fracassant le visage d’un coup de pierre.

Une vie de prison pour ce jeune homme âgé précisément de 20 ans lorsqu’il commet ces faits.

Notre axe de défense tourne autour de deux idées. D’abord obtenir une requalification qui, une nouvelle fois, n’a pas été sollicitée par la Défense au moment où c’était nécessaire, en fin d’instruction. L’accusé a en effet toujours affirmé qu’il ne voulait pas la mort de la victime à qui il n’a porté qu’un seul et unique coup. Puis nous entendons incliner la Cour d’assises à déceler en cet accusé la part profonde d’humanité qui la portera à alléger cette peine trop lourde.

Manière d’ouvrir à ce jeune homme une lucarne sur un horizon de vie que la première condamnation a obscurci presque irrémédiablement.

Nous pensons qu’en appel, rien ne doit être laissé de côté, la Défense doit trouver à s’exercer à tous les étages, de l’instruction d’audience jusqu’aux plaidoiries.

Il y aura quelques incidents, toujours maîtrisés voire apaisés par une Présidente qui connaît son dossier aussi bien que notre duo qu’elle a déjà affronté à plusieurs reprises.

De nombreuses questions aux témoins et experts, des contre-interrogatoires longs, parfois laborieux, quelques algarades aussi.

Toujours dans un but unique, s’approcher de la vérité des faits, sonder au plus près la personnalité de l’accusé pour que Justice passe.

Après trois jours de débats, le fossé s’est pourtant creusé dans l’appréciation que se font les parties antagonistes de cette histoire.

Je découvre Maître Nicolas HACHET, confrère Bordelais aussi ouvert et sympathique hors audience que professionnel et précis lorsque vient son tour de plaider en partie civile sur ce qui lui apparaît la singulière dangerosité de notre client.

Dans un réquisitoire tout en finesse et en sévérité, l’avocat Général réclame quant à lui une aggravation de la peine, à hauteur de 25 ans.

Une répartition naturelle de la parole s’installe, l’habitude aidant, entre Alexandre NOVION et moi, chacun dans son registre donnant le meilleur de ce qu’il peut pour infléchir la décision de la Cour et des jurés.

Nous bataillons sur tout, réclamons une requalification en coups mortels, une prise en compte des éléments de personnalité de l’accusé qui ont été pesés au cour de l’audience par les intervenants, notamment les experts psychiatres et psychologues.

Toute l’expérience de mon alter ego trouve à s’exprimer avec talent lorsqu’il explique aux jurés ce qui nous pousse inexorablement à défendre.

Citant Saint Exupéry, il rappelle que l’ « on est de son enfance comme on est d’un pays », dissertant sans filet sur l’impact catastrophique des premières années en Angola de l’accusé qui n’a vécu que d’affres et de misère.

Après 4 heures 30 de délibéré, le verdict tombe : l’accusé est condamné pour meurtre, sa peine ramenée à 15 années de réclusion, auxquelles la Cour a pris soin d’ajouter 5 années de suivi socio-judiciaire.

Mon comparse et moi regagnons BORDEAUX et POITIERS le coeur plus léger, la boîte à souvenirs lourde d’une nouvelle collaboration fructueuse qui en annonce d’autres à venir j’espère.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents