Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Blog de Maître Lee TAKHEDMIT, avocat pénaliste à POITIERS, NIORT, PARIS


L’innocence séduit-elle plus que la culpabilité ?

Publié par Lee TAKHEDMIT sur 25 Août 2014, 08:00am

Noël dans mon bureau après sa mise en liberté
Noël dans mon bureau après sa mise en liberté

J’écoutais il y a quelques années l’émission de Jacques Pradel sur Europe 1, « café crime » et me souviens qu’ils avaient choisi, pour leur générique, une réplique tirée d’une interview à chaud où un homme disait « l’innocence séduit toujours plus que la culpabilité ».

Je n’en suis pas sûr.

A l’occasion d’un précédent billet, je relatais le calvaire de Noël, accusé à tort de faits de viols par ses enfants, bénéficiaire d’un non-lieu après une trentaine de mois de détention subis pour rien.

J’ai évoqué cette affaire avec des journalistes aves lesquelles j’ai régulièrement des contacts, car il m’est apparu important qu’une telle histoire soit connue ; les gens doivent savoir qu’il n’y a pas qu’à la télé que ce genre de drames se produit, ni uniquement à Outreau, mais qu’il s’agit de dysfonctionnements fréquents, qui ne peuvent être évités que pour autant que les garde-fous du système restent vigilants ; magistrats au premier plan, avocats, journalistes et jusqu’au citoyen lambda.

Seul Emmanuel COUPAYE, journaliste à La Nouvelle République, a accepté de rédiger un article pour témoigner publiquement de ce fiasco judiciaire (qui n’en est pas tout à fait un puisque la Chambre de l’Instruction de la Cour d’Appel a quand même fini par mettre fin au calvaire de mon client, décision courageuse que je salue).

Je l’en remercie, car je pense qu’il est important et de l’essence même du métier de journaliste que d’informer sur des phénomènes de cette importance.

D’expérience, j’ai pu constater que les médias s’intéressent plus volontiers aux informations « chaudes », souvent difficilement vérifiables, dans une version où la culpabilité est souvent présumée ; c’est le temps de la mise en examen.

Les non-lieux qui sont prononcés dans ces affaires qui ont parfois fait la une des journaux, y compris télévisés, lors de la mise en examen ne sont quant à eux relayés souvent que par un entrefilet, voire pas du tout.

L’innocence ne séduit sans doute pas plus que la culpabilité…

Voir l’article de la NR sur le sujet : http://www.lanouvellerepublique.fr/layout/set/print/Vienne/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2014/08/09/Noel-rescape-judiciaire-2008940

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lee 13/10/2014 18:22

Merci à vous. L'acceptation de l'idée d'une part sombre qui existerait chez chacun est une question importante dans le débat judiciaire, où la caricature du bien et du mal l'emporte souvent.

Brigitte Dusch 13/10/2014 12:24

Beaucoup de questions dans votre article. Un constat aussi peut-être si je peux me le permettre, il est sûrement plus aisé de se projeter dans le bien (ie la victime ?) que dans le mal (l'agresseur) reconnaitre la part sombre qu'il y a dans chacun d'entre nous n'est pas simple, c'est même effrayant... C'est accepter qu'on peut l'être, le devenir, si vite, que cette part là peut s'échapper, nous échapper.
Vos articles sont pertinents pas seulement au point de vue juridique, celui de la Loi, mais aussi et surtout sur le plan Humain, celui du sujet humain qui est vaste, complexe. Merci pour ces réflexions qui en amènent d'autres.
Brigitte Dusch, psychanalyste, historienne

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents