Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Blog de Maître Lee TAKHEDMIT, avocat pénaliste à POITIERS, NIORT, PARIS


Quel degré de proximité avec les juges?

Publié par Lee TAKHEDMIT sur 26 Mai 2015, 08:00am

Une cliente rencontrée récemment m'informe qu'elle a dépêché un avocat supplémentaire pour la défense de son frère, car me dit-elle "il connaît bien le juge"...

Vous connaissez la blague de Coluche (ou relayée par Coluche) : "Il y a deux types d'avocats ; celui qui connaît la loi et celui qui connaît le juge"...

Cette vieille blague est en réalité un vieille idée reçue qui a la peau dure.

Nombreux sont encore les justiciables qui estiment que l'avocat qui les défendra le mieux sera celui qui est le plus proche du juge.

Je classifierais les relations avec les magistrats en trois catégories :

- un rapport purement professionnel, distancié, emprunt de courtoisie et de respect (parfois, en fonction des personnalités, courtoisie et respect n'empêchent pas des sentiments moins nobles, mais je ne les exprime pas publiquement, sinon ce ne serait plus ni courtois, ni respectueux ; élémentaire!) ce qui représente en ce qui me concerne 80% des magistrats avec lesquels je travaille.

- une appréciation mutuelle, une sorte de bienveillance, parfois de la complicité, toujours sur un mode purement professionnel. Ce sont souvent des magistrats en poste depuis plusieurs années, avec lesquels on s'est "apprivoisés", pouvant apprécier de partager une discussion autour de la machine à café, dans un bureau, un couloir...(+/- 19%)

- une franche et sincère amitié, cas de figure qui pour ma part est rigoureusement exceptionnel (faîtes le calcul!).

Quelque soit le cas de figure dans lequel on se trouve, il faut bien comprendre que chacun exerce son métier, sa fonction, avec des qualités nécessaires à un fonctionnement de la Justice qui soit le plus équilibré possible.

Dans l'enceinte judiciaire, il n'y a pas, il ne doit pas y avoir, d'amis, de "frères", de réseau.

Je veux croire, je crois en cela chaque jour où j'exerce mon métier.

Je ne suis guère naïf et j'imagine que des cas particuliers,très isolés, peuvent poser des difficultés, mais personnellement je n'ai jamais rencontré de situation dans laquelle j'ai eu l'impression qu'une connivence entre un avocat et le ou les juges avait fait la décision.

Jamais je n'ai essayé de l'emporter à raison d'une éventuelle proximité avec le magistrat chargé de l'affaire.

Inversement, bien qu'ils me fût arrivé d'avoir quelques escarmouches avec des juges (il y a bien longtemps ;-) j'ai toujours cru que les magistrats sont suffisamment professionnels pour mettre de côté les inimitiés, les agacements, pour ne jamais faire payer ceux-ci au justiciables.

J'exècre les confrères, peu nombreux, mais qui existent, qui manipulent leurs clients en leur faisant croire que la décision se prendra dans le huis clos d'un entretien privé entre eux et le juge, lors d'un diner, d'un convent ou autre.

C'est toute l'économie du système Justice que l'on remet en cause avec ces fadaises et l'on ne rend pas service à une profession déjà décriée.

S'il y a deux types d'avocats, il y a celui qui a besoin de faire croire qu'il connaît le juge et il y a les autres.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents