Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Blog de Maître Lee TAKHEDMIT, avocat pénaliste à POITIERS, NIORT, PARIS


« Mon client » ou la patrimonialisation de la clientèle

Publié par Lee TAKHEDMIT sur 16 Janvier 2017, 08:30am

Catégories : #Expérience d'avocat

« Mon client ».

J’ai toujours détesté cette locution que je n’utilise pas, tant elle me semble éloignée de ce que doit être la relation entre un client et son avocat.

Il ne s’agit pas de jouer l’original ou de vouloir révolutionner la langue française, je sais parfaitement que le terme « client » pour désigner celui qui confie son dossier à un avocat est propre à notre langue et là n’est pas le problème.

Le problème, c’est le « mon ».

Non, le client n’est pas « ton » client, comme tu as « ta » voiture », « ta montre », voire « ta » femme pour certains …

Celui qui te confie son dossier s’en remet à toi pour tes compétences techniques, ton expérience, ta réputation, ta communication, ton rapport à l’humain et pour tout un tas de raisons qui font qu’à un instant T, il décide de te choisir comme avocat.

Raisons qui peuvent s’envoler à l’instant T + 1 jour ou un an…

Cette conscience du caractère temporaire et volatile du client, je l’ai toujours eue et Dieu qu’il me serait agréable qu’un peu plus de mes confrères la partagent.

Il y a d’abord ceux qui estiment que la désignation d’un nouvel avocat par la famille n’a aucune valeur. Ce qui est inepte, il en a toujours été ainsi, quand une personne est détenue  et qu’elle n’est pas laissée à l’abandon par son entourage, c’est la famille qui s’occupe des démarches extérieures à sa place, y compris de trouver – et payer – un avocat.

Il y a ceux, ensuite, qui prennent carrément attache avec la famille, voire le client lui-même,  et n’hésitent pas à leur passer un savon.

Tout cela est toujours bien entendu plus sous-tendu par la question des honoraires que par un acharnement à la défense… D’ailleurs, le grand classique, c’est la facturation tous azimut au moment de la succession d’avocats. Les honoraires, qui pouvaient sembler très bon marché quand l’avocat était encore en odeur de sainteté chez le client, deviennent exorbitants lorsqu’il est congédié.

Sans compter le confrère qui, ayant initialement accepté de défendre l’affaire pour des clopinettes à l’aide juridictionnelle, adresse une facture classique, voire somptuaire, lorsqu’il est banni.

Difficile d’expliquer à un client qui ne devait rien régler initialement qu’il va devoir payer une facture normale, voire au prix fort en plus des honoraires de son nouvel avocat. Evidemment, il est normal que le premier avocat soit réglé pour le travail accompli, mais comment justifier, lorsqu’on a signé initialement pour 200 euros, supposant d’effectuer une mission de A à Z, de réclamer désormais 2000 euros alors que la mission a pris fin à M…

Enfin, dernière expérience en date, qui heureusement relève de l’exception, le confrère congédié par le client et qui s’incruste. Assez déstabilisant, car il impose sa présence non seulement au client qui ne le souhaite plus, mais surtout à l’avocat qui lui succède, dans les pattes duquel il traine sans qu’on puisse vraiment identifier qui fait quoi. Ce qui, très clairement n’apporte rien à la défense du principal intéressé, voire peut nuire dans certains cas (j’ai en tête une affaire dans laquelle l’ancien avocat voulait à tout crin se maintenir et adressait à la juridiction des écritures insensées, carrément contraires aux miennes et, de mon point de vue, à l’intérêt du client…ubuesque !)

Quoi qu’il en soit, dans chacune de ces occurrences, en perdant de vue le principe intangible de libre choix de son Conseil par le client, l’avocat n’ennuie pas simplement son successeur.

Il nuit d’abord à son image, puis à celle de sa profession par une âpreté qui démontre qu’il a abdiqué toute indépendance au point d’être contraint de s’accrocher coûte que coûte.

Pire encore, par la confusion qu’il sème, le stress qu’il génère pour le client, le temps qu’il fait perdre à l’organisation de sa défense ou la dissonance qu’il instille dans sa présentation, il met en jeu l’efficacité de la défense du client qu’il a un temps été chargé d’assurer.

 

Commenter cet article

bonin 14/07/2017 17:13

Il y a de cela 2 ans j'étais un homme malheureux et malchanceux. J'avais divorcé avec ma femme il y a longtemps pourtant je l'aimais. Et j'ai parlé de ça sur internet pour avoir des conseils. Parmi tous les conseils que j'ai reçu une femme qui m'a conseillé de contacter un maitre suivit de son mail pour lui expliquer mon cas. Au début je n'avais pas confiance parce que j'ai déjà contacter beaucoup qui m'ont pas satisfait et quand je l'ai contacté, je lui ai expliqué toute la situation de ma femme et moi. Vous savez quoi?
Ce maitre m'a dit qu'il va me faire quelque chose pour que ma femme revienne. Et j'ai passé à quelques rituels.
Et bizarrement dans les sept jours à suivre ma femme est revenu en me suppliant de remarier avec elle, c'est un miracle pour moi en plus de ça j'avais des soucis au travail avec mon directeur tout ces problèmes sont finis et je suis en paix au travail et dans mon foyer. C'est le premier miracle que j'ai vu dans ma vie.
(pour tous vos petits problèmes de rupture amoureuse ou de divorce-maladie-la chance-les problèmes liés a votre personnes d'une manière-les maux de ventre-problème d'enfants-problème de blocage-attirance clientèle-problème du travail,porte monnaie magique,multiplication d'argent ou tant d'autres). Ce maitre est très fort avec lui ma femme est revenue et j'ai eu la satisfaction en 7 jours il est très fort surtout les problèmes de retour affectif.
C'est une personne sérieuse et honnête qui offre son talent a des personnes honnêtes qui sont dans le besoin d'appui spirituel pour avoir satisfaction a tous les problèmes de leur vie actuelle, soit pour s'assurer d'un lendemain meilleur avec leur famille.
je me permets de vous laisser son


Tel/whatsapp: +229 61 82 42 84
tel/viber:+229 61 82 42 84
tel: +229 61 82 42 84
Email: maitredjakpata@gmail.com

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents