Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Blog de Maître Lee TAKHEDMIT, avocat pénaliste à POITIERS, NIORT, PARIS


Défendre l'indéfendable

Publié par Lee TAKHEDMIT sur 29 Octobre 2012, 23:08pm

Catégories : #Pratique professionnelle

L'inévitable question au repas de famille annuel depuis que j'ai prêté serment et fait voeu d'exercer comme pénaliste : "comment fais-tu pour plaider pour un violeur, un meurtrier, un pédophile, etc."

La réponse tient en peu de mots : chaque être humain accusé a droit à être défendu, la seule limite à se fixer est celle de sa conscience ; pour ma part l'écueil à éviter est d'utiliser la défense à des fins étrangère à toute notion de Justice.

Je n'ai jamais défendu un client accusé d'un crime, qui m'aurait avoué l'avoir commis et m'aurait demandé d'obtenir son acquittement.

Le problème est autre lorsque votre client jure ses grands dieux qu'il est innocent, mais que vous êtes convaincu du contraire.

Je défends actuellement un homme accusé de meurtre.

Il a nié tout d'abord en garde à vue, avant de reconnaître l'ensemble des faits par le menu, détails à l'appui et explications précises sur chaque zone d'ombre de l'enquête.

Avant de revenir sur ses aveux et de finalement me choisir pour assurer sa défense devant la Cour d'Assises.

Les faits sont d'une extrême gravité, le profil de l'accusé justifie une peine qui excèderait 20 ans.

Il est par de nombreux aspects inquiétant.

Mais je crains que la position qu'il souhaite défendre n'incline la Cour a plus de sévérité encore qu'il ne serait nécessaire et juste.

C'est qu'il me demande de défendre l'indéfendable.

Son acquittement n'est tout bonnement pas possible, car tout le dossier plaide contre lui.

Voilà un exercice qu'en tant que défenseur, je n'ai jamais eu à pousser aussi loin, car la position de mon client semble radicale et intangible.

Je lui ai exposé ma vision du dossier, mais il ne plie pas.

Je lui ai proposé de confier le dossier à un confrère, mais il ne veut pas changer d'avocat.
Je travaille donc depuis plusieurs semaines, à chaque visite, à lui exposer chaque point du dossier nous mettant en difficulté, espérant qu'il finisse par comprendre que mis bout à bout, l'ensemble de ces éléments conduit inévitablement à le désigner comme coupable.

Parfois je sens une brèche, mais toujours il se replie sur une attitude défensive et un déni parfois de l'évidence.

Il me reste quelques mois pour lui faire entendre qu'à défaut d'une prise de conscience de sa responsabilité et de sa culpabilité, il ne lui sera reconnu aucune circonstance atténuante.

Parfois, l'indéfendable, c'est de défendre celui qui doit être défendu contre lui-même.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents