Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Blog de Maître Lee TAKHEDMIT, avocat pénaliste à POITIERS, NIORT, PARIS


L'emprisonnement ferme répond-il à une "logique judiciaire"?

Publié par Lee TAKHEDMIT sur 10 Septembre 2012, 13:25pm

Catégories : #Théorie judiciaire

Monsieur M. sort de prison le 31 août.

Sortie sèche. Aucun aménagement de fin de peine accordé,  aucune permission de sortir, aucune mise à l'épreuve à venir ; en réalité, aucune préparation à la sortie après plus de deux ans d'enfermement.

Le 3 septembre il est en garde à vue pour des faits de menace de mort sous condition et appels téléphoniques malveillants.

Les réquisitions pour cette comparution immédiate sont sans concession : 30 mois d'emprisonnement dont la moitié ferme.

Complètement absurde à mon sens, j'explique au Tribunal que cette comparution immédiate était programmée, que l'absence de préparation de la sortie, dont le Parquet est pour une large partie responsable (qui s'est opposé à toutes les mesures d'aménagement sollicitées), était un facteur de risque de nouvelle infraction.

Mon client m'a indiqué qu'il est à bout, qu'il s'est retrouvé perdu à sa sortie, qu'il n'a pas su maîtriser la première frustration venue et que c'est pour cela qu'il en est là.

Je le crois.

Il a tenté par deux fois de mettre fin à ses jours, dont une fois par pendaison en garde à vue, qui n'a manqué son effet que par la grâce de l'intervention d'un Policier vigilant.

Il demande des soins, un suivi, des médicaments pour suppléer au manque depuis sa sortie, puisque depuis des mois on le gavait de calmants, d'anxiolytiques en tout genre et qu'à sa sortie, on l'a mis dehors sans même une ordonnance pour poursuivre son traitement.

Le Tribunal ne suit pas les réquisitions, mais prononce une peine de 10 mois, dont 2 fermes avec mandat de dépôt.

En expliquant qu'avec un casier pareil, il n'est pas possible de sanctionner sans prison ferme, qu'il s'agirait d'une sorte de logique judiciaire.

Cette logique m'échappe.

Qu'aurait coûté, et à qui, de tenter de laisser une vraie chance à Monsieur M., en lui permettant de reprendre pied peu à peu, avec un suivi strict dans le cadre d'une mise à l'épreuve totale?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents