Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Le blog de Lee TAKHEDMIT

Blog de Maître Lee TAKHEDMIT, avocat pénaliste à POITIERS, NIORT, PARIS


Nouveau suicide à POITIERS-VIVONNE : la fatalité ?

Publié par Lee TAKHEDMIT sur 5 Octobre 2012, 21:58pm

Catégories : #Commentaires d'actualité

En 3 ans, 3 de mes clients sont morts en détention.

Le dernier vient de mettre fin à ses jours par pendaison ; il ne supportait plus cette incarcération de quelques mois, qui pour la 3 fois en trois années, le privait de sa liberté, le tenait éloigné de son exploitation agricole et l'enfonçait un peu plus dans les soucis économiques et la dépression .

Personne n'aurait rien vu.

On ne pourrait pas empêcher quelqu'un de décidé de mettre fin à ses jours.

Faux.

Tout est une question de moyen et d'envie.
Quelques jours après sa mort, comme souvent, les langues se délient peu à peu.

Tous les clients que j'ai vus aujourd'hui m'ont parlé de ce co-détenu qui ne méritait pas de finir ainsi.

Aucun n'a été surpris de ce geste désespéré, chacun s'y attendait à plus ou moins longue échéance.

J'ai appris que depuis son incarcération il y a 5 mois environ, il faisait l'objet de violences diverses et variées, était la risée de tous, pour son inadaptation à la vie carcérale.

Il était surnommé le "collabo". Il ne pouvait pas faire deux pas dans la prison sans être bousculé, raillé, insulté.

Ca, cela n'a pas pu échapper aux surveillants.

Il était constamment racketté par ses co-détenus, et lorsqu'il a demandéà être affecté en cellule avec son ami Laurent, on le lui a refusé sous un prétexte de circonstance.

Cet ami - le seul, peut-être - m'a dit qu'il avait plusieurs fois parlé de mettre fin à ses jours.

Aujourd'hui, il se sent un peu coupable, un peu responsable.

Il m'a aussi dit qu'il avait demandé à voir un psychologues depuis plusieurs semaines, sans réponse.

Qu'a-t-on réellement fait pour prévenir ce suicide?

Ce que tous les détenus ont vu se serait passé au nez et à la barbe du personnel pénitentiaire?

Il n'y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir ce qui se passe sous ses yeux.
La fatalité n'existe pas.

Il faut tirer les enseignements de tout cela, mettre des moyens humains en personnels formés, à l'écoute.

Mais une telle évolution passe un examen de conscience de l'administration pénitentiaire, qui jamais ne s'en est encore montrée capable.

L'enquête devra établir les éventuelles responsabilités.

Pour peut-être qu'enfin, ce type de drame puisse servir à éviter que d'autres identiques, les mêmes causes menant aux mêmes effets, ne se produisent encore.

Voir sur le sujet : link

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents